Les prescriptions du Dr Muller

Steppenwolf : le loup hurle encore

Né pour être sauvage

Le loup des steppes est l'auteur du célèbre « Born To Be Wild », un hymne sauvage à la liberté qui 40 ans après est toujours d'actualité.

Au début de l'histoire, il y a Jack London & The Sparrows, un groupe de Toronto (Canada) dans lequel sévissent en 1964 les frères Edmonton Dennis et Jerry. Il y a aussi Nick St Nicholas. Celui qui prend la place de London, John Kay arrive en 1965 pour prendre le rôle de chanteur-guitariste. Peu après arrive l'organiste Goldy McJohn qui a joué avec Neil Young et Rick James dans les Mynah Birds. En 1966, le groupe simplifie son nom en Sparrow.

Early Steppenwolf

C'est à ce moment là que leur manager leur fait enregistrer un single à New York puis les emmène à San Francisco en 1967. San Francisco est, à l'époque, la ville où il faut avoir des fleurs dans les cheveux. Sparrow enregistre un album live en février 1967, album qui ne paraitra qu'en 1969 (Early Steppenwolf). Nick St Nicholas et Dennis Edmonton quittent le groupe à ce moment. Ils sont remplacés par Michael Monarch, 17 ans, et St Nicholas brièvement par Rushton Moreve.

Born To Be Wild

SteppenwolfPuis vient un changement capital, un changement de nom suggéré par Gabriel Mekler, producteur de Dunhill Records où le groupe a signé. Sparrow devient Steppenwolf, Loup des Steppes, un nom inspiré par le roman éponyme d'Herman Hesse qui, à l'époque, est la bible des hippies. Pourtant le groupe ne joue pas une musique planante à la Jefferson Airplane, Grateful Dead. Non, Steppenwolf est plutôt du coté rock graisseux, lourd, pré heavy-metal. Sa force est tout d'abord la voix grave et puissante d'un Kay tout de cuir vêtu. Il y a aussi l'orgue ronflant de Goldy McJohn et la guitare acérée de Michael Monarch qui font merveille sur la reprise de Don Covay « Sookie Sookie » et surtout sur leur troisième single, celui qui va les faire connaître au monde entier : le brutal « Born To Be Wild » (1968). Si ce titre a connu un tel succès, c'est parce qu'il accompagne la scène d'ouverture du film Easy Rider où Dennis Hopper et Peter Fonda chevauchent leur destrier de métal Harley Davidson. Depuis ce morceau est devenu l'hymne des motards et des Hell's Angels. C'est aussi le 1er titre rock à évoquer le métal lourd, le heavy metal. Il se classe n° 2 en 1968 aux USA.

Born to be wild

Magic Carpet Ride

SteppenwolfL'album qui suit, Steppenwolf The Second, contient le tube « Magic Carpet Ride », tapis volant, voyage..., très nettement influencé par l'époque psychédélique (n° 3 en 1968). N'oublions pas « Rock Me » qui figure sur le 3ème album du groupe, At Your Birthday Party. Vient ensuite Monster en 1969 qui est l'archétype du rock hippie-gauchiste dans lequel Steppenwolf s'en prend à la politique de Richard Nixon et à la guerre du Viet-Nam dans le titre éponyme. Steppenwolf 7 marque une baisse d'intensité du groupe mais comporte une reprise du chanteur Hoyt Axton, « Snowblind Friend » qui évoque la détresse d'un drogué à l'héroïne. Auparavant,le groupe avait déjà abordé le sujet et repris « The Pusher », le dealer, du même auteur qui dénonçait les revendeurs de drogues dures (« Vous savez, je fume beaucoup d'herbe et je prend pas mal de pilules mais je ne touche jamais à ce qui pourrait me tuer le cerveau »). Un titre qui devient le cheval de bataille de Steppenwolf sur scène, un titre à écouter sur le fantastique Steppenwolf Live (1970) où l'énergie farouche de Kay et ses hommes fait merveille, quasiment un « Best Of » en public...

The pusher

For Ladies Only

Le groupe se sépare en 1972 après For Ladies Only qui est célèbre pour sa pochette avec sa voiture en forme de pénis, provocation à l'égard du mouvement féministe mais qui n'est certainement pas le meilleur du groupe. La carrière de Steppenwolf ne s'est pas arrêté là puisque John Kay a reformé le groupe à plusieurs reprises et joue encore sous le nom de John Kay & Steppenwolf. Le dernier concert a été donné en 2007, le 6 octobre. Mais il semble bien que Kay soit encore prêt à remettre le couvert.

On retiendra que Steppenwolf a été un formidable groupe de scène de 1967 à 1972, que John Kay, lunettes noires et pantalon de cuir noir à la Morrison était et est toujours un formidable chanteur, que son groupe est l'auteur de classiques indémodables bien que profondément attachés à leur époque. Une époque où la jeunesse refusait de servir de chair à canon, une jeunesse dont Steppenwolf était l'un des porte-paroles.

Facebook

Fou de rock est listé dans la catégorie Genres musicaux : Musique Rock de l'annuaire Actualite referencement