Les prescriptions du Dr Muller

 

 

5 Gentlemen from Marseille

Un groupe à redécouvrir

Five Gentlemen
 

Les 5 Gentlemen sont l'exception qui confirme la règle. Ils furent l'un des rares groupes français des mid-sixties à la hauteur de leurs modèles.

Et si le meilleur groupe de rock français du milieu des années 60 était marseillais ? Cela paraît incroyable mais en y réfléchissant bien... A cette époque, rares sont les groupes français qui accèdent à une renommée autre que confidentielle. La tendance est, en France, aux artistes solo comme Nino Ferrer, Jacques Dutronc, Michel Polnareff, Johnny Halliday, Eddy Mitchell, Ronnie Bird, Antoine et les Problèmes. Même si Ferrer et Dutronc (El Toro et les Cyclones) ont fait partie de groupes, c'est en tant que chanteurs qu'ils connaissent le succès. Quant aux Problèmes, ils ont du attendre leur association avec Antoine pour être reconnus.

D'Ambitieux 5 Gentlemen

François Paoli (guitare), Jean Fredenicci (basse), Michel Donat (batterie), Claude Olmos (guitare) et Guy Martteoni (pianiste/organiste) débutent sous le patronyme d'Ambitieux et sortent un premier EP en 1965 sous ce nom (« Danse, Danse, Encore). Ces 5 Gentlemen (nom qu'ils adoptent en 1966) sont d'origine corse mais établis à Marseille d'où ils vont tenter de conquérir la planète. Leurs modèles sont les mods anglais tant pour l'apparence vestimentaire que pour la musique. Ils jouent régulièrement dans un club du Vieux-Port marseillais, l'Arsenal des Galères qui ne désemplit pas lorsqu'ils s'y produisent. Et cela est d'autant plus remarquable que Marseille contrairement à Nice ou Toulouse n'est pas une ville rock.

Cara-Lin

Leur 1er EP (1965) comporte une reprise francisée du tube des Strangelove, « Cara-Lin » qui connait son petit succès. Musicalement, leurs inspirations sont à la fois le rock garage américain et le folk-rock. Ce qui est frappant c'est de constater que le groupe est largement à la hauteur de ses modèles d'une part et qu'il ne se contente pas, d'autre part, d'adapter en français les succès anglais ou américains du moment.

Dis-nous Dylan

 

Leur plus gros tube sera « Dis-nous Dylan » (sur leur 2ème EP - 1966) qui avec ses guitares carillonnantes à la Byrds et ses vocaux qui invoquent les mannes de Dylan et Donovan aura un petit succès en France, Italie et Allemagne. On trouve aussi sur ce disque l'excellent « Si Tu Reviens Chez Moi » avec son orgue lancinant. Cela leur permettra de participer à des émissions de TV comme « Tête de Bois » et « Feu De Joie ».

LSD 25

 

Leur troisième EP (1966) est un coup de maître qui malheureusement n'atteindra pas les cimes des hit-parades. Pourtant, on peut considérer que c'est l'un des meilleurs disques psychédélique français de la période. On y trouve l'explicite « LSD 25 » avec guitares fuzz et références au voyage hallucinogène. Ce titre aurait pu figurer sans problème dans la discographie de Tomorrow ou des Pretty Things période SF Sorrow. Car les 5 Gentlemen n'ont pas que de bonnes intentions, ils ont aussi la technique qui va avec et la combinaison de leurs voix avec l'orgue et la guitare fuzz est tout à fait convaincante et efficace. Citons encore « Je Te Veux », où justement l'orgue de Martteoni et la guitare d'Olmos font merveille.

Twiggy

Mais le succès les fuit, le grand public ne suit pas. Ils tentent une approche plus commerciale avec leur 4ème EP (1966) plus orienté variété (« Oum Tse Oum Papa ») mais ça ne marche pas non plus. Leur 5ème et dernier enregistrement tente de rééditer le coup de « Dis-nous Dylan » avec une ode au célèbre mannequin « Twiggy » (1967) et le très psyché-pop « Met du sucre dans ton café ». Ils essayent même de s'exporter en Angleterre et en Italie sous le nom de Darwin Theory mais en vain.

Un parcours typique

Exit les 5 Gentlemen. Seul le guitariste Claude Olmos poursuivra une carrière musicale avec notamment Alan Jack Civilisation et surtout Magma. Leur parcours est typique de la majorité des groupes de rock français de l'époque qui n'ont enregistré au mieux que quelques singles peu ou mal diffusés comme les Something, les Bains Didonc, les Boots, les Senders, ou les Gypsis. Si vous désirez savoir à quoi ressemble la musique des 5 Gentlemen, vous pouvez tenter de vous procurer la compilation publiée par Magic en 2007 qui rassemble leurs 5 EP. Son écoute vous fera dire, c'est sur, « Fan de chichoun, à Marseille, y'a pas que IAM ou le Massilia Sound System ! »