Les prescriptions du Dr Muller

Willie Loco Alexander – Willie le fou fait boom boom avec son groupe

Willie qui ? Willie Loco Alexander voyons, une légende. Ah bon ? Oui, il a fait partie du Velvet Underground et des groupes de Boston qui s'illustraient au célèbre club « The Rat » l'équivalent local du CBGB new-yorkais.


Willie est l'un de ces perdants magnifiques que la France chérit. A l'instar d'un Johnny Thunders, des Real Kids, d'un Rocky Erikson, il est certainement plus connu dans notre belle France qu'aux USA. L'homme est né à philadelphie (Pennsylvanie) en 1949. Son père est pasteur et c'est à l'église qu'il apprend à jouer du piano. Pendant son enfance, il est soumis aux influences pernicieuses de Little Richard et Jerry Lee Lewis ce qui contribue à l'éloigner du droit chemin. Il affirme par ailleurs tenir son surnom de Loco du pianiste de Salsa, Joe Loco.

Il fait ses débuts dans un orchestre de musique latino : Baba & the Willie Loco, en 1961. Vient la British Invasion et Willie Loco se retrouve à pianoter avec The Lost, un garage band bostonien qui n'a laissé à la postérité que deux singles. Dans ce combo officie à la basse un certain Walter Powers que l'on retrouvera ensuite dans le Velvet Underground. Après la séparation de The Lost, Willie s’accoquine avec Powers et un certain Doug Yule.

Velvet Underground

1971, Lou Reed a quitté le Velvet Underground, restent Doug Yule qui a remplacé John Cale, Maureen Tucker, Sterling Morrison et Walter Powers. Morrison se fait porter pâle et c'est Willie Alexander qui le remplace le temps d'un album Squeeze et d'une tournée, désastreuse, européenne. C'est ce chapitre de son histoire qui reste dans le grand livre du rock. Mais l'aventure ne dure guère pour ce Velvet du pauvre sans son fondateur.

Boom Boom

willie loco alexanderVient alors le temps pour Willie d'enregistrer quelque uns de ses futurs « succès » sur le label « Garage » sur lequel sort le classique « Kerouac » en 1975. Puis il forme un groupe le Boom Boom Band avec trois musiciens débauchés d'un groupe nommé Wild Honey : Billy Loosigian, Severin Grossman et David Mc Lean. Un groupe que l'on retrouve en compagnie des Real Kids, Thundertrain, Third Rail sur l'album Live At The Rat (1975) où figure « Kerouac » du Boom Boom Band.

 

You hav' Lost That Lovin' Feelin'

Deux albums

1978, le groupe est signé par MCA et enregistre deux albums pour le label avant de se faire virer pour cause de ventes insuffisantes. Pourtant, le Boom Boom Band méritait mieux que cela surtout pour son 1er album. Celui-ci est ce que l'on nomme un classique. Il débute en fanfare avec une version du feu de dieu, la meilleure (?), du classique spectorien « You Have Lost That Lovin Feelin » magnifié par la voix d'Alexander et la guitare tranchante de Loosigian. L'album vaut l'achat rien que pour ce titre. Mais on peut aussi citer les furieux « Radio Heart », « You Beat Me To It », « Hair » dans lequel conseille à un branché qui se pose des questions sur sa future coupe de cheveux une solution radicale « rase tout ! ». Bien sur, figure aussi sur le disque le classique d'Alexander, « Kerouac », résumé en 4' 06 de la passion dévorante de Willie pour l'écrivain beatnick.

Hair - reformation du Boom Boom Band

 

willie alexanderMeanwhile... Back In The States est le titre du second album du gang. Cela aurait pu être une confirmation mais malheureusement, ce disque semble avoir été enregistré trop vite dans la foulée du 1er. Il se passe ce qui ce passe habituellement : l'album n'est pas à la hauteur de son prédécesseur et ne confirme pas le bien que l'on pensait du groupe. Dommage car il contient aussi quelques perles telles « Hitchhicking » et « Mass. Ave » mais c'est peu, trop peu. Retour à la case départ pour Willie Alexander qui trouve refuge en France où il est hébergé par le label New Rose pour lequel il enregistre pas moins de 5 albums.

New Rose

willie alexanderParmi ces 5 albums, on recommandera particulièrement Solo Loco (1981) où Willie officie seul avec son piano et sa voix si particulière. On s'arrêtera surtout sur Autre Chose (1982), un live enregistré avec un nouveau groupe The Confessions. C'est un un Best Of en public où l'on retrouve les classiques d'Alexander : « Hit Her With De Axe » (« Frappe là avec la hache »), « Kerouac » bien sur, mais aussi une version de « Be Bop A Lula » d'un autre perdant magnifique, Gene Vincent, « Hit And Run » et « Radio Heart » du 1er disque du Boom Boom Band.

 

Dernières nouvelles

Willie n'a pas raccroché les gants, il a même reformé le Boom Boom Band en 2002, qui enregistre un album Dog Bar Yacht Club, le troisième du groupe 27 ans après le second album et il paraît que ça valait le coup d'attendre. A vérifier. Toujours est-il que cela vaut la peine de s'attarder sur cette légende dont l'aura est justifiée comparativement à d'autres légendes (non, pas de noms!) décevantes lorsqu'on parvient, enfin, à mettre la main sur l'objet de son désir.

Facebook

Fou de rock est listé dans la catégorie Genres musicaux : Musique Rock de l'annuaire Actualite referencement