Les prescriptions du Dr Muller

 

 

Willy Deville, un chat bleu dans la nuit noire

Italian Shoes, Hey Joe, c'est lui

 

Pendant près de 35 ans d'une carrière bien remplie, le dandy à la moustache a joué une musique inspirée par les rythmes latins canaille, la soul music, le rock.

 

willy de villeUne cadillac roule la nuit dans les rues de New-York. Dans la voiture, un dandy junkie. Ce dernier se remémore sa carrière. Une carrière qui a débuté au CBGB's avec des groupes comme Blondie, les Ramones, Television, les Heartbreakers. Ce dandy à l'âme déchirée pense à la Venus de l'avenue D, cette fille complètement allumée, si dure qu'il n'a jamais eu le courage de lui dire qu'elle avait un réel savoir-faire lorsqu'elle dansait la Mazurka.

 

 

Ce dandy qui nous a quitté le 7 août 2009 à l'âge canonique de 59 ans. Celui qui portait des chaussures italiennes, c'était William Paul Borsey Jr plus connu sous son nom de scène : Willy Deville. Pendant 35 ans, il a incarné une certaine idée du rock & roll. Il a collaboré avec le producteur Jack Nitzche, le compositeur Doc Pomus, Dr. John, Mark Knopfler, Allen Toussaint.

Cabretta

La musique de Willy Deville est traversée par diverses influences : latine, blues, doo-wop, Cajun, française (Edith Piaf), soul. Il a fait ses débuts sur la scène rock punk avec Mink Deville, un groupe avec lequel il joue pendant près de trois ans sur la scène du CBGB pour 50 $ la nuit. C'est là qu'il est repéré par Ben Edmonds qui travaille pour Capitol Records. De cette rencontre nait un premier album Cabretta (1977). C'est un coup de maître avec des titres comme le latin « Spanish Stroll », la reprise de Moon Martin « Cadillac Walk » ou le rolling stonien « Venus of Avenue D ».

 

Spanish Stroll

 

Le Chat Bleu

L'album suivant Return to Magenta (1978) confirme que Willy est un grand avec des titres comme « Soul Twist », « Confidence To Kill », « Rolene ». Les deux albums sont produits par Jack Nitzche (Ronnettes, Phil Spector, Ramones, Rolling Stones). En 1980, spectaculaire retournement : Mink Deville n'existe plus, voici Willy Deville solo avec le guitariste de Mink Deville, Louis X Erlanger associés à Doc Pomus qui a écrit de nombreux titres avec Mort Shuman pour Elvis Presley. C'est un retournement parce que Le Chat Bleu est un hommage à la France avec cordes et accordéon. L'album a été enregistré à Paris avec l'arrangeur Jean-Claude Petit et le compositeur d'Edith Piaf, Charles Dumont.

Italian Shoes & Miracle

On ne détaillera pas l'ensemble de la carrière de Willy Deville car celle-ci est riche et fournie. Sachez que l'épisode parisien était un épisode logique pour un Deville qui déclarait que le rock était né en France ! En France parce que les origines du rock peuvent être trouvées en Louisiane, à la Nouvelle Orléans où sévissaient Dr. John, Professor Long Hair, Fats Domino, Huey Piano Smith qui dans les années 50 ont joué derrière de nombreux rockers. Malgré que Le Chat Bleu ait été encensé par la critique, cela ne s'est pas traduit par des ventes à la Michael Jackson. De même pour les albums que Willy Deville a enregistré pour Atlantic dans les 80's bien qu' « Italian Shoes » ait bien marché en Europe. Willy enregistre album Miracle en 1987 avec le guitariste de Dire Straits, Mark Knopfler ce qui est, pour le moins, une reconnaissance de son talent .

Hey Joe

Dans les 90's, Willy est à Los Angeles après avoir vécu à la Nouvelle Orleans. Sa musique est devenue encore plus influencée par le son de la nouvelle Orleans. En 1992, il tourne en Europe avec Dr. John, Zachary Richards, les Wild Magnolias sous le nom de « New Orleans Revue ». Toujours en 1992, c'est Backstreet Of Desire un album où figure une version latino avec Mariachis du classique « Hey Joe ». Une version qui n'a rien à voir avec celles d'Hendrix, des Leaves, des Music Machine. Comme le dit Willy Deville : « La chanson est originaire de la frontière Mexico-Texane. J'ai tenté de ne pas faire quelque chose qui ressemble à la version d'Hendrix, cela aurait été un cliché. J'ai essayé de l'interpréter comme elle aurait pu l'être à l'origine avec des mariachis. C'est un classique mais un classique un peu distordu. »

 

Hey Joe

 

Les années 2000 furent des années noires pour le dandy junky qui était tout de même parvenu à se débarrasser d'une addiction de 20 ans à l'héroïne. Sa femme Lisa se suicide, il a un accident de voiture. Blessé à la jambe, il marche les cinq années suivantes avec une canne. Il s'éteint à New-York en 2009 à des suites d'un cancer du pancréas et d'une hépatite C.

Les USA n'ont jamais vraiment reconnu le talent de Willy Deville et ce dernier a pu dire dans une interview ces paroles qui sonnent comme une épitaphe : « J'ai une théorie. Je sais que je vendrai beaucoup plus de disques après ma mort. Ce n'est pas très agréable, mais je dois m'habituer à cette idée. »