Les prescriptions du Dr Muller

Kim Fowley : le Dorian Gray du rock'n roll

 
 

Kim Fowley est une légende : il a enregistré sous son nom, sous divers pseudonymes, écrit, composé, produit, managé. Kim Fowley est une légende...

kim fowley

Décédé le 16 janvier 2015 à l'âge de 75 ans, Kim Fowley était l'un des représentants encore actif de la génération d'artistes du début des 60's. Kim est le fils de l'acteur Douglas Fowley et de l'actrice Sheby Payne. Il fait ses études à l'University High School en même temps que Jan Berry et Dean Torrence (le duo surf Jan & Dean), Nancy Sinatra, Bruce Johnston (futur Beach Boys). Il débute sa carrière dans le show-business comme manager des Sleepwalkers où figurent le batteur Sandy Nelson (« Let There Be Drums ») et occasionnellement Phil Spector. En 1959, il collabore avec le célèbre présentateur Alan Freed et Berry Gordy (fondateur de Tamla Motown).

Alley Oop & Nut Rocker

Au début des années 60, il est impliqué dans la production d'une poignée de singles qui font un malheur dans le hit-parade. Avec Gary Paxton (futur producteur de Paul Revere & The Raiders entre autres), il enregistre « Alley Oop » un n° 1 en 1960 pour les Hollywood Argyles (Fowley et Paxton). Ensuite, il co-produit « Like Long Hair » (1961), un tube pour Paul Revere & The Raiders. C'est aussi Fowley qui est B. Bumble and the Stingers dont le « Nut Rocker » atteint la première place du hit-parade anglais en 1962. C'est encore Fowley qui découvre et fait la promotion des Rivingtons dont le « Papa-Oom-Mow-Mow » est un succès.

 

;

Nut Rocker

 

Londres

L’infatiguable Fowley est ensuite repéré à Londres où il s'est expatrié en 1965 avec son poulain du moment, P. J. Proby (célèbre pour ses collants et sa queue de cheval). Là, il écrit la face b du 1er single de Cat Stevens (« Portebello Road), il produit les N'Betweens, des pré-Slade, le 1er single de Soft Machine et les Lancasters, un groupe instrumental avec Ritchie Blackmore (Deep Purple).C'est encore Fowley qui est derrière les Belfast Gypsies, version garage des Them, qui enregistrent une reprise déguisée de "Gloria", "Gloria's dream".

 

Gloria's Dream

 

San Francisco/Los Angeles

kim fowleyDe retour aux USA, il s’accoquine un temps avec Frank Zappa et apparaît sur le 1er album des Mothers Of Invention. Ce qui ne l'empêche pas d'enregistrer quelques albums qui s'ils n'ont pas atteint les sommets des hit-parades n'en sont pas moins intéressants. Citons Love Is Alive And Well (1967), l'album Flower Power de Fowley qui ressemble beaucoup au 1er LP des Seeds, Born to Be Wild (1968) avec le guitariste de Steppenwolf, Mars Bonfire, Outrageous (1968) et Good Clean Fun (1969). Tous ces albums sont devenus des collectors activement recherchés par tous les vynil junkies de la planète, soyons honnête plus pour leur rareté que leur valeur musicale .

 

Love Is Alive And Well

 

Byrds, Glam-rock, Runaways

kim fowleyEn 1969, notre homme produit le dernier album de Gene Vincent, I'm Back And I'm Proud. Il collabore aussi avec son ami Skip Battin, bassiste des Byrds à l'époque, sur quelques titres qui apparaîtront sur les albums de 1970 et 1971, Farther Along et Byrdmaniax. 1973 est l'année où il produit trois morceaux pour Flash Cadillac & The Continental Kids destinés à la bande originale d'American Graffiti. Il co-écrit des chansons pour Kiss, Alice Cooper, Leon Russel et enregistre avec les Modern Lovers. Oui, Kim Fowley est partout, sur tous les coups, toujours à la pointe des dernières tendances. Mais hormis ses succès du début des 60's sa carrière n'a jamais été à la hauteur de ses intuitions, en tant qu'interprète s'entend. En tant que producteur, il réussit un bon coup en 1975 avec les Runaways qu'il manage, produit et pour lesquelles il écrit plusieurs titres. Mais en 1977, le groupe dit adieu à son mentor. Toute cette activité ne l'empêche pas d'enregistrer : I'm Bad (1972), International Heroes (1973) qui voit Fowley se convertir au glam-rock, Animal God Of The Streets (1975) très Doors, Sunset Boulevard (1978), Living In The Streets (1978) excellente compilation des enregistrements 70's de Fowley.

 

International Heroes

 

Kim Fowley était toujours sur le coup

En 1984, Fowley tente de faire quelque argent avec une reformation des Runaways (il détient les droits sur le nom du groupe) mais il ne semble pas qu'il ait touché le jackpot. Il continue toujours d'enregistrer sous son nom et avec divers groupes à l'heure actuelle. Vous pouvez aussi vous procurer l'excellent Kings Of Saturday Night (1995) qu'il a réalisé en duo avec Ben Vaughn ou encore une rétrospective d'une bonne partie des aventures musicales qu'il a généré ou auxquelles il a participé, Mondo Hollywood : The Phantom Jukebox Compilation (1996).

En 2003, Fowley figure dans le documentaire sur le disc jockey Rodney Bingenheimer, Mayor Of The Sunset Strip qui retrace la carrière de ce producteur qui a fait passer dans son club une bonne partie de la scène glam-rock du début des 70's. Il est aussi l'un des protagonistes du film qui retrace la carrières des Runaways, The Runaways sorti le 19 mars 2010. Vous l'avez compris Kim Fowley était partout, il a tout vu, tout produit (cet article ne liste qu'une faible partie de ses activités). Etait-il le Dorian Gray du rock'n roll, un Dorian Gray qui non content de ne jamais vieillir aurait eu le don d'ubiquité ?

Facebook

Fou de rock est listé dans la catégorie Genres musicaux : Musique Rock de l'annuaire Actualite referencement